Le dilemme bancaire – Val Srinivas et al, Deloitte

Tout le monde s’accorde pour constater que le monde bancaire doit évoluer sous l’impact conjoint des évolutions technologiques, de la concurrence des fintechs et des besoins des clients. A ce stade, la disruption technologique touche des opérations bancaires simples. En y réfléchissant bien, est-il réellement “Revolut-ionnaire” de faire du change sans commission, de faire des virements instantanés, de connaître la répartition de ses dépenses ? Non, certainement pas. Pourtant aucune banque ne l’avait proposé auparavant.

Toutefois, les banques traditionnelles ont des atouts qu’elles doivent valoriser. Premièrement, elles sont déjà en place et bénéficient d’un capital confiance et d’une courbe d’expérience que les fintech n’ont pas. Deuxièmement, elles sont capables d’adresser des clientèles que les fintech ne touchent pas. Troisièmement, elles adressent des situations complexes que les fintech ne peuvent pas résoudre. La question est alors d’anticiper les besoins clients quelle que soit leur nature. L’étude énonce une série de substantifs éloquents concernant les qualités bancaires futures : “ouverture, transparence, temps réel, intelligence, sur-mesure, absence de rupture, intégration profonde”. Cette étude regorge de recommandations pour faire évoluer le modèle bancaire.

Consulter l’étude


Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*