Tout ce que je sais est que je ne sais rien – Damien Puy, FMI

Je m’étonne toujours de la rapidité des médias à coller précisément et immédiatement afin d’analyser les mouvements des marchés financiers, y compris lorsqu’il ne se passe rien au cours d’une séance. Parfois, un marché peut surprendre en baissant sur une bonne nouvelle – elle était déjà dans les cours et il faut la vendre – ou en montant sur une mauvaise nouvelle – les marchés attendent alors une intervention d’une banque centrale pour contrer la mauvaise nouvelle. Cette dernière option a d’ailleurs entretenu la baisse des rendements obligataires depuis 10 ans.

Le FMI précise que les marchés financiers se développement dans les pays émergents. La conséquence est de faire intervenir de nouveaux investisseurs, dont on ne connaît pas bien les habitudes boursières. Mais heureusement, il y a l’intelligence artificielle !

Il est exact qu’il est à présent possible d’analyser très précisément le contenu des communications de toutes natures (audio, vidéo, papier). Ainsi, les fournisseurs de consensus produisent une bonne quantité d’analyses sur les tendances observées lors des publications de données macro ou micro (résultats annuels ou saisonniers). Il s’agit par exemple de compter le nombre d’apparitions de certains mots dans un discours de directeur financier et de comparer ce chiffre aux publications antérieures.

Donc, on sait quantifier ce qui se dit mais cela ne nous dit pas ex ante comment va réagir un marché. LE FMI nous explique juste qu’une nouvelle “mondiale” a plus d’impact qu’une nouvelle “locale”, i.e. ne concernant qu’un seul pays. Peut-être le ton employé lors de la communication en temps réel pourrait-il avoir un impact ? Mouais, on va dire que c’est la magie des marchés qui opère…

Lire l’article


Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*