L’intérêt de Bâle III ? – Yves Mersch, Banque Centrale Européenne

Les banques européennes vont d’ici quelques jours être toutes en conformité avec Bâle III. Alors que certains s’interrogent sur l’explication du décalage entre les valorisations des banques américaines et européennes, la réponse n’apparaît que trop clairement dans ce discours : la réglementation. Les points de vue sont presque opposés entre un côté ou l’autre de l’Atlantique. Alors qu’en 2008, le régulateur américain a laissé de nombreuses banques locales ou régionales faire faillite, le régulateur européen a tout fait pour sauver toutes les banques (ou presque). Dans un cas, la loi du marché s’est imposée et dans l’autre cas, on a Bâle 3 puis bientôt 4 et… des taux négatifs en plus !

L’article qui suit est un exercice de style de la part d’un membre du board de la BCE, essayant de montrer le caractère d’atténuation des filets de sécurité mis en place depuis 10 ans, ainsi que les progrès accomplis dans l’anticipation des retournements. Le raisonnement tenu par Yves Mersch le conduit alors inexorablement vers la répartition des responsabilités entre les superviseurs nationaux et européens. En France, le Gouverneur de la Banque de France est également le Pdt de l’ACPR.

Lire le discours


Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*