Le FMI ou le dédoublement de la personnalité – Tobias Adrian et Fabio Natalucci, FMI

Alors que le FMI a chiffré l’impact positif sur la croissance mondiale à 50 bp sur 300 au total, voici cet article du FMI qui détaille très finement les dangers des taux bas trop longtemps. Donc, non le FMI n’est pas en contradiction avec lui-même en énonçant les “vulnérabilités” d’une telle politique accommodante. Les investisseurs prennent plus de risque pour répondre à leurs objectifs de rendements. Les entreprises s’endettent alors qu’elles ont une marge de remboursement dégradée.

On aura ainsi rapidement compris que la question de la liquidité préoccupe le FMI. Comment gérer un cas de figure où les investisseurs doivent liquider leurs positions dans les investissements qualifiés de “non orthodoxes” ? Normalement… le régulateur a appris de la dernière crise financière et a mis en place de nombreux amortisseurs prudentiels. L’Europe l’a fait plus que partout ailleurs. Mais il est impossible de préserver une zone géographique contre les autres. Si les pays émergents devaient être en crise, la planète entière le sentirait. De la même façon que la croissance mondiale souffre du ralentissement synchronisé causé par la guerre commerciale entre les US et la Chine.

La surévaluation des actifs ou plus précisément l’absence de rémunération du risque est aussi un sujet de préoccupation. Il est important de se préoccuper des acteurs non financiers. Mais plus personne ne se préoccupe du secteur financier, sinistré depuis 2008 et peinant à redresser la tête. Le système économique actuel ne peut pas se passer des banques. Or, elles accumulent années après années les entraves à leur bon fonctionnement. Les taux négatifs ne vont rien arranger. Alors… oui, les banquiers centraux sont appelés voir un peu plus loin que pour les 6 prochains mois.

Lire l’article


Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*