Cybercriminalité financière : la réalité dépasse la fiction – Alexandre Neyret, AMF

A mi-chemin entre l’étude – on ne peut plus sérieuse puisque rédigée par l’AMF – et le feuilleton d’espionnage, on frissonne en lisant cette étude. La réalité de la cybercriminalité financière va bien au-delà de la fiction : préparation longue des attaques et hyper sophistication des techniques en sont les maîtres-mots.

La digitalisation grandissante entraîne des actes de plus en plus nombreux de cybercriminalité financière. L’AMF a étudié certains types d’actes délictueux parmi lesquels les cybermanquements d’initiés, les cybermanipulations de cours et les cyberdiffusions de fausses informations. La sophistication des attaques nous fait comprendre que les cybercriminels sont particulièrement habiles. Les montants visés par ces cyberdélits sont de plus en plus importants, même si le chiffrage en est rendu difficile pour tout un tas de raisons techniques, particulièrement bien développées dans ce document de 70 pages, écrit par l’AMF.

Ainsi la Banque Centrale du Bangladesh (02/2016) a été attaquée pour 81 MEur : compromissions du réseau informatique interne, espionnage des salariés puis compromissions des serveurs internes hébergeant les procédures de virements SWIFT. On citera également l’exemple du groupe surnommé FIN4 dans un cadre de cybermanquements d’initiés : les boîtes mails des dirigeants de 100 entreprises des secteurs pharmacie-santé hackées de façon totalement imperceptible, pour rechercher des informations confidentielles sur les projets de fusions-acquisitions. Ou encore ces deux Ukrainiens qui entre 2010 et 2015 trafiquaient les publications de résultats de sociétés cotées à la demande d’investisseurs malhonnêtes. Gains estimés 100 M USD.

Bref, cette étude fait comprendre à quel point le cyber risque est un “métarisque”, omniprésent et particulièrement dangereux.

Lire l’étude


Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*