Rêvons de marchés de capitaux intégrés – Ashok Vir Bhatia, IMF

Les marchés financiers européens sont trop nationaux au goût du FMI. Quitte à faire tomber les frontières, autant les faire tomber complètement surtout en finance. Les réglementations diffèrent, les coûts aussi. La parfaite circulation des flux financiers permettrait de niveler tout le monde par le jeu de la concurrence. L’article prend l’exemple d’une entreprise grecque qui doit supporter des coûts de financements supérieurs à ceux d’une entreprise française. Les réglementations sont différentes au niveau national, notamment concernant la communication financière des entreprises qu’elles soient cotées ou non. Les faillites n’ont pas le même traitement non plus suivant les pays. Les fiscalités diffèrent aussi. Bref, rien n’est commun et l’intégration n’est pas pour demain.

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*