Laissons-lui au moins le bénéfice du doute – Philippe Legrain, Project Syndicate

Les commentaires pleuvent de toutes parts, suite à la nomination de Christine Lagarde en tant que future présidente de la BCE. L’auteur choisit d’analyser les principaux points reprochés à Lagarde et de voir quelles sont les expériences passées qui pourraient lui permettre de relever le défi. Notamment, serait-elle capable de la jouer “whatever it takes” comme le fit Draghi ? Premièrement, on espère que l’Europe ne sera pas de nouveau dans ce type de situation. Deuxièmement, certains la pensent trop politique pour oser prendre des positions marquées et trancher dans le vif. Troisièmement, elle n’est pas économiste. Mais… elle sait s’entourer et écouter. Philip Lane devrait ainsi avoir un rôle majeur. En attendant… la situation qu’elle va devoir embrasser est peu satisfaisante. Les taux sont négatifs, Draghi a promis un QE, le hard brexit n’a jamais été aussi probable, les banques européennes sont fragilisées. Va y avoir du boulot !

Lire l’article

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 3,00 out of 5)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*