Christine Lagarde va devoir faire ses preuves – Swaha Pattanaik, Breakingviews Reuters

La présidente du FMI a démissionné de ses fonctions de Présidente du FMI, en attendant d’être définitivement nommée Présidente de la BCE le 1er novembre prochain. Rares sont ceux qui ont vu venir cette nomination avant ce week-end. Et pour causes : premièrement une femme, deuxièmement non gouverneure d’une banque centrale. Nous vous proposons la lecture de trois articles. Premier avertissement : vous n’y trouverez pas mention de ses penchants faucon ou colombe. Normal, ce n’était pas dans ses précédentes attributions. Tout au plus, me ferai-je porte parole de Véronique Riches-Flores (qui ne m’en voudra pas…) en précisant que Christine Lagarde est une fervente partisane de la cohésion européenne, associée à son futur Chef Économiste Philip Lane, ardent défenseur de la mutualisation des dettes souveraines (pour lire la suite, www.richesflores.com).

Donc Mme Lagarde va devoir convaincre, même si elle a déjà cotoyé la BCE de près durant la grande crise à partir de 2008. Ce premier article parle de “continuité plus que de crédibilité” pour cette future présidente. Et si, toutefois, c’était une bonne idée de porter à cette fonction une personne qui pense différemment du sérail ? Les politiques monétaires sont montrées du doigt pour avoir failli dans leur impact inflationniste. Peut-être faudrait-il penser “out of the box” ?

Lire l’article

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*