Quelles perspectives pour le pétrole ? – Thierry Apoteker et Didier Liron, TAC ECONOMICS

Nous accueillons de nouveaux contributeurs en les personnes de Thierry Apoteker et de Didier Liron. Leur premier article aborde les facteurs influant sur le pétrole, alors que nous avons tous à l’esprit le renforcement des tensions géopolitiques.

Les images d’un tanker en flamme dans le Golfe Arabo-Persique, le durcissement des discours américains et iraniens, l’amplification des bruits de bottes et navires militaires dans la région rappellent que l’instabilité au Moyen-Orient reste une donnée majeure de l’environnement pétrolier, avec des incertitudes associées à la fois à l’importance du détroit d’Ormuz pour les flux mondiaux et le poids des pays du CCG 1 dans la production mondiale de pétrole (19% en 2018).

Avec le multiplicateur que constituent les marchés d’actifs financiers « pétrole », ces évènements créent une forte volatilité des cours, comme en témoigne la fourchette large observée depuis 12 mois (entre 53$/bl et 85$/bl, pour les prix du Brent).

Mais en dehors d’un scénario catastrophe qui verrait une confrontation militaire directe dans le Golfe, les fondamentaux de l’équilibre offre-demande vont conserver l’influence prépondérante dans la direction des prix à l’horizon de fin 2020.

Or, cet équilibre va basculer vers un excès d’offre à relativement court terme : d’un côté, les perspectives d’un tassement conjoncturel mondial, notamment en Chine et aux Etats-Unis, va mécaniquement peser sur la dynamique de demande. De l’autre, la montée inexorable de la production américaine de pétrole de schiste – qui a déjà ajouté plus de 2 millions de barils-jours au cours de l’an passé, l’équivalent de la production totale de pays comme le Koweït et bien au-delà de ce qui serait la disparition totale des exportations iraniennes (cette hypothèse enlèverait au maximum 1 million de barils-jours) – va se poursuivre tant que les cours restent substantiellement au-dessus de ce qui est aujourd’hui considéré comme un coût de production moyen, autour de 40$/bl (pour le brut WTI, ce qui correspondrait grossièrement à un Brent autour de 50$/bl.

Ce diagnostic est renforcé par l’ensemble des modèles quantitatifs développés par TAC ECONOMICS sur les prix du pétrole, combinant techniques avancées de datamining et économétrie complexe. Le graphique ci-dessous illustre les résultats de ces modèles, suggérant une baisse vers 52-55$/bl à l’horizon du début 2020, suivie d’une remontée autour de 65$/bl en fin d’année 2020 lorsque le cycle conjoncturel mondial se réorientera à la hausse.

Evolution et perspectives des cours du pétrole
(prix du Brent en US$/bl, projections TAC ECONOMICS)

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5,00 out of 5)
Loading...
Thierry Apoteker
A propos de Thierry Apoteker 2 Articles
Thierry Apoteker est le fondateur et président de TAC ECONOMICS, après avoir été directeur des études de la Banque Indosuez (maintenant CACIB). Thierry conseille plusieurs grands groupes et états-majors d’entreprises industrielles et d’investisseurs. Thierry et son équipe ont développé une expertise reconnue sur les questions de risque pays (mesure, suivi, gestion), de stratégie de développement dans les pays émergents, et sur les enjeux géopolitiques, géoéconomiques et financiers internationaux. Il intervient régulièrement dans les médias, participe à de nombreuses conférences sur les questions de risques économiques et financiers et enseigne à HEC Paris où il dispense plusieurs cours consacrés au risque-pays. Thierry est diplômé d’HEC et titulaire d’un Doctorat d’économie de l’Université Paris-Dauphine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*