Pourquoi il ne faut pas investir dans les small caps ? – Nicolas Rabener, CFA Institute

La provocation est fréquente avec The Daily Finance. Dans le cas présent, l’auteur affirme que le facteur taille n’a pas généré de surperformance depuis plus de 90 ans. Douloureux constat ! Bon, on parle ici du marché américain depuis 1926. Il y aurait eu un pic de surperformance des small versus large en 1981. Mais sur le long terme, les périodes de surperformances succèdent aux périodes de sous-performances. Donc, au global, le facteur taille n’est pas discriminant. Voilà qui est fait ! D’où des interrogations quant à la mesure du facteur taille : market cap ou volume quotidien moyen échangé ? Pas de différence. Raisonner à partir de la valeur d’entreprise, i.e. comprenant la dette nette, n’a rien donné. Pondérer la market cap par les ventes ou les actifs a eu un effet négatif. Alors, l’auteur a regardé en Europe si les résultats étaient différents. Eureka ! Depuis 2000, les small caps auraient un avantage évident sur les large caps en Europe. Mais ce n’est pas le cas au Japon. Les allocataires d’actifs n’ont qu’à bien faire leur boulot !

Lire l’article

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*