Mais sur quel pied voulez-vous danser ? – Pascal Bernachon, Allocations et Conseils

La consolidation escomptée des marchés actions n’est pas aussi brutale, même si les indices européens oscillent sur un support, qui pourrait laisser graphiquement la place à un autre potentiel baissier. Pas de panique, donc, dans un contexte économique offrant toujours une faible visibilité, mais des indices boursiers soutenus par la très faible exposition des investisseurs. Et surtout, par la certitude que les banquiers centraux restent l’arme au pied autant que nécessaire.

Face à des flux sortants réguliers des marchés actions au bénéfice des marchés de taux, l’accélération des programmes de rachats d’actions de la part des entreprises, aux U.S.A, reste un facteur de soutien indéniable.

Certes, les indicateurs d’activité liés aux services se maintiennent sur des niveaux supérieurs à 50, a contrario des indices sur le secteur manufacturier. Les indices de confiance des ménages sont positifs, même si cela ne se traduit pas systématiquement dans une hausse significative de la consommation, mais sont probablement soutenus par un marché de l’emploi encore dynamique.

Difficile de choisir un tempo idéal entre suivre la cadence ou la dernière danse.

Attaché à obtenir un second mandat et à endiguer la montée de son rival chinois, M. Trump poursuit sa guerre commerciale laissant de temps en temps des notes d’espoirs, suivies inexorablement d’ajouts de nouvelles taxes. Cette guerre d’usure durera longtemps, non pas jusqu’aux élections de 2020, mais tant que les Etats-Unis n’accepteront pas le partage géopolitique et technologique du monde avec la Chine.

Le pire étant, bien entendu, des mesures de rétorsion émanant de l’Empire du Milieu sur les terres rares ou sur la dette américaine. N’omettons jamais la notion du temps propre à la culture chinoise, si éloignée des impératifs occidentaux.

Quoiqu’il en soit, cette bataille économique se traduit dans la faiblesse réelle des échanges mondiaux et oblige une nouvelle révision en baisse de la croissance mondiale. Il n’y a pas, pour autant, péril en la demeure. L’absence d’inflation et l’argent gratuit permettant aux entreprises d’acquérir des concurrents pour trouver de la croissance, restent des facteurs de soutien qui estompent ce manque de lisibilité. Lequel manque rend difficile l’orientation des politiques monétaires et la clarté des décisions de nos banquiers centraux.

Nous sommes vraiment entrés depuis quelques années dans un monde économique atypique où l’absence d’inflation fait perdurer la suprématie des marchés de taux. Espérons que cette musique durera assez longtemps pour les maintenir durablement bas car la hausse de l’endettement qui ne se traduit en rien en une hausse des taux de défaut serait alors la fin du bal.

Le contexte général n’incite en rien à une surexposition des actions entre guerre commerciale, risque de Brexit dur, cacophonie italienne, industrie allemande en panne de commandes, marchés émergents touchés par la faiblesse de la demande mondiale. Mais ne pas être investi est un non choix face à la faiblesse des rendements sans risque.

La valorisation des marchés est en partie trompeuse face à des cours élevés des valeurs défensives et face à la parfois anormalement faible valorisation de certaines valeurs « value » ou cycliques. Mais ceci est bien la traduction de l’incertitude ambiante et de l’investissement court-termiste des rares acteurs, faute d’oser prendre une direction affirmée.

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 4,00 out of 5)
Loading...
Pascal Bernachon
A propos de Pascal Bernachon 2 Articles
Pascal Bernachon dispose d’une grande expérience dans la gestion d’actifs qu’il doit notamment à son parcours auprès de nombreuses banques et sociétés de gestion, que ce soit Barclays, Dresdner ou encore Richelieu Gestion. Richelieu Gestion où il était Directeur de la gestion et gérait en parallèle gérant de KBL Richelieu Flexible (SICAV) depuis mars 2011.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*