Buffett ne descend pas de son piédestal – Nicolas Rabener, CFA Institute

Les investisseurs sont capables d’encenser des asset managers puis de brûler leurs idoles. Warren Buffett fait partie des très rares à ne pas avoir subi la descente en flammes. Il est même devenu “iconic”. Comment ? Pourquoi ? Détient-il une martingale ? L’auteur procède à une analyse de sa performance à travers le temps depuis 1964. Ainsi, la surperformance ne se matérialise réellement qu’à partir de 1991. En revanche, lors de la bulle internet et des technos, Berkshire a rendu énormément de son avance sur le marché, ce qui veut dire qu’il a largement sous-performé. Donc, tout le monde peut se tromper, même Warren Buffett. Pourquoi n’est-il pas pour autant tombé dans les oubliettes des investisseurs ? Sa grande force a été de ne pas baisser après 2000-2003 comme le marché. Au cours de cette période troublée sur les marchés, il a non seulement rattrapé son retard mais en plus a repris énormément d’avance en investissant sur des large cap décotées, de bonne qualité et à faible volatilité. Donc, son fonds a très longtemps été absent des grandes technologiques de croissance sans souffrir.

L’auteur a tenté de répliquer la stratégie de Buffett au moyen d’une stratégie factorielle, basée sur le style, la taille, la faible vol et la qualité. Le résultat est très satisfaisant et largement supérieur à la performance du S&P 500. Attention : il s’agit d’un backtest et doit être pris comme tel, avec tous ses défauts. En allant plus loin dans la décomposition de la surperformance de Buffett, l’auteur montre que l’alpha est loin d’être systématique. Cette surperformance est beaucoup mieux expliquée par la décomposition factorielle. Alors pourquoi Buffett est-il néanmoins meilleur que les stratégies factorielles ? Voilà pourquoi Warren Buffett ne descend pas de son piédestal.

Lire l’article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*