Les tendances du Private Equity en 2019 – Bain & Company

Cette étude de Bain & Company ultra-complète est à lire absolument si vous êtes concerné par le Private Equity (PE). Elle allie un état des lieux sur 2018 et une prospective sur l’année 2019. Donc allez directement en page 37 pour la vision 2019. On commence par les stratégies de buy-and-build, où l’idée est de renforcer une acquisition par d’autres acquisitions venant s’intégrer en amont ou en aval. Généralement, la première entreprise acquise est perçue comme une plateforme core sur laquelle viennent se greffer minimum 4 satellites complémentaires de plus petite taille. Normalement, cela doit conduire à augmenter assez fortement la valeur du nouvel ensemble des 5 entreprises détenues en portefeuille. Concrètement, cela consiste aussi à acquérir une plateforme généralement à un coût élevé et des satellites avec des multiples inférieurs. Donc, on moyenne le coût d’acquisition à la baisse. Les synergies sont censées au contraire remonter les multiples de l’ensemble. C’est malin. L’étude passe alors en revue un important nombre de cas pratiques et nous éclaire sur les avantages et inconvénients des stratégies mises en place.

On ne peut pas passer sous silence le dry powder qui enflamme les valorisations. Au cours de ces 5 dernières années, ces levées de fonds ont contribué à augmenter la part non investie de 64%. Ceci pousse les fonds à trouver des débouchés pour ces capitaux “à tous les prix”. On le savait déjà mais la situation ne devrait guère s’améliorer au cours de 2019, selon Bain. Ce qui est intéressant se trouve dans les pages 49 à 51 où le consultant rappelle quelques principes de base à appliquer lors des due dil avant M&A. C’est basique mais… dans les périodes où les valorisations se tendent énormément, revenir aux basiques peut être salvateur.

Lire l’article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*