Les fonds obligataires européens à la rescousse ! – EPFR Global et The Daily Finance

Les semaines se suivent et se répètent sur les fonds actions. La décollecte se poursuit au cours de la semaine du 6 mars avec -10,2 Mds USD sur les fonds actions. Elle s’oppose à une collecte nette de 8,8 Mds USD sur les fonds obligataires et 31 Mds USD sur les fonds monétaires. Depuis le début de l’année, la décollecte s’élève à 26 Mds USD sur les actions et une collecte de 76 Mds USD sur les fonds obligataires. Ces chiffres sont à comparer avec une collecte nette de 62 Mds USD pour les fonds obligataires et de 110 Mds USD pour les fonds actions en 2018 à la même date en year-to-date. Autres temps, autres moeurs.

Mais une fois encore, toutes les classes d’actifs et toutes les zones géographiques ne sont pas logées à la même enseigne.

Sur le graphe précédent, on observe ques les flux sont stabilisés sur la gestion alternative depuis le début du mois de mars après avoir fortement baissé depuis le mois d’octobre. Les fonds actions émergentes ralentissent légèrement le rythme de la collecte depuis début mars. Les fonds monétaires s’en sortent également très bien depuis le mois de décembre 2018. Les fonds mixtes continuent de décollecter à un rythme constant depuis novembre 2018. Les fonds obligataires des marchés développés et des marchés émergents collectent à des rythmes sensiblement identiques à présent, suite à un fort rattrapage de la classe dette émergente. Enfin, les actions des marchés dits développés sont plutôt globalement orientés à la baisse, notamment sous l’impact du marché européen.

En zoomant plus précisément sur certaines classes/zones, on observe que les obligations norvégiennes et canadiennes ont un niveau de collecte proche de celui observé en 2018, à la même période. Les fonds actions françaises décollectent très fortement, rappelant ainsi le niveau observé au T2 2015. Les fonds obligataires en total return ainsi que les fonds high yield enregistrent leurs plus longues périodes de collecte. Est-ce que la fin de cette période faste approche ? Les fonds de dettes bancaires sont eux touchés par la décollecte depuis 16 semaines d’affilée.

Nous avons mentionné le ralentissement de la collecte sur les actions émergentes.

La première semaine de mars est caractérisée par une collecte / décollecte quasi nulle. On voit bien que la performance de la gestion passive est sensiblement identique à celle de la gestion active sur les marchés émergents depuis le début de l’année 2019. On voit d’ailleurs qu’un arbitrage a pu s’opérer entre les deux types de gestions, au détriment de la gestion active. Une fois encore, les investisseurs choisissent de ne pas décider de quelle façon investir sur les marchés émergents. Pourtant, la classe “actions émergentes” nous semble toujours être un abus de langage, au même titre que la classe “actions pays développés”. Il serait temps de penser à plus de discrimination pour ces actifs émergents. Ainsi, certains investisseurs ne s’y sont pas trompés et ont anticipé les mesures d’accompagnement en provenance du gouvernement chinois. Ils se sont ainsi repositionnés sur les actions chinoises et vont probablement se laisser porter en attendant l’impact de ces mesures. D’autres continuent de souscrire aux messages de réformes en provenance de pays tels que l’Afrique du Sud et l’Arabie Saoudite. En revanche, les fonds actions russes ne profitent pas d’une potentielle remontée du prix du baril de pétrole d’ici au S2 2019.

Sur les marchés actions des pays développés, les US ont décollecté de 5,4 Mds USD en l’absence d’un accord entre avec la Chine. Les fonds actions Europe enregistrent leur 50ème semaine de décollecte en 52 semaines… les fonds actions françaises décollectent autant que lors de la crainte de la sortie de la Grèce en 2015. La France est perçue comme étant perturbée par une contagion italienne et le Brexit. Mais ce n’est pas tout : les fonds actions Japon font l’objet de rachats de la part des investisseurs institutionnels. La raison invoquée serait un ralentissement économique attendu, à l’instar des autres grands pays.

Du point de vue sectoriel, les valeurs technologiques ont retrouvé quelque intérêt auprès des investisseurs qui ont souscrit dans les fonds technologiques. Ces derniers ont renoué avec une collecte nette positive pour la première fois depuis fin août 2018. Les fonds investis sur les secteurs “énergie” sont également bien orientés en flux. En revanche, les fonds investis sur les financières font l’objet de rachats. Même constat pour les fonds investis sur les fonds “or”, comme en atteste le graphe ci-dessous.

Sur les fonds obligataires européens, la BCE leur a donné un fameux coup de pouce en annonçant un arsenal de mesures digne des heures sombres du début des années 2010.

 

 

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Nathalie Renson
A propos de Nathalie Renson 36 Articles
En tant qu’investisseur sur les marchés financiers, Nathalie Renson est toujours en quête d’informations financières et souhaite les partager. C’est pourquoi elle contribue à The Daily Finance. Analyste equities au début de sa carrière, puis sur les marchés obligataires, Nathalie a ensuite géré plusieurs fonds en multigestion, notamment.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*