Bonus season ! – Qun Harris et al, Bank Underground

Comme ce sont les vilains financiers qui ont causé la crise de 2008, le politique et le régulateur ont décidé de contraindre la distribution des émoluments variables. L’article qui suit présente une analyse “expérimentale” des biais comportementaux induits par une telle réglementation. Nous ne détaillerons pas cette structure de rémunération variable mais rappellerons juste qu’elle est capée. Quel impact cela a-t-il sur les sujets concernés en termes de risques pris et d’efforts consacrés à la réalisation des objectifs prédéfinis ?

Premier constat : si le bonus est proportionnel et en l’absence de pénalités si performances négatives, le sujet prend plus de risque. Deuxième constat : quand le bonus est capé ou qu’il y a des malus, la prise de risque du sujet est moindre. Troisième constat : si l’objectif à atteindre est très élevé, quelque soit la structure de rémunération variable, tous les sujets prennent plus de risques. Quatrième constat : les bonus capés incitent les sujets à fournir moins d’efforts pour réaliser les objectifs. Je vous fais grâce des recommandations pour l’aménagement des rémunérations variables formulées par les auteurs à destination du régulateur parce que je sais qu’elles vont vous énerver !

Lire l’article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*