Remettre en question les indicateurs économiques – Rafael Cezar et Florian Le Gallo, Banque de France

Il est toujours intéressant de se demander si l’on regarde les bons indicateurs économiques. Si, en plus, ce sont des économistes de la Banque de France qui se posent cette question, cela vaut la peine d’être lu. Le sujet abordé concerne la mesure des échanges économiques entre l’Europe et les US. Il est usuel de recourir à la balance commerciale. Mais est-ce l’indicateur le mieux adapté ? Dans la mesure où les implantations croisées d’entreprises entre deux pays ne sont pas intégrées dans la balance commerciale, la réponse tendrait à être négative. Ainsi, en 2015 (ça date un peu mais bon…), les filiales américaines implantées en UE ont généré 1 770 Mds Eur de chiffre d’affaires, soit 12% du PIB de l’UE. La même année les filiales européennes implantées aux US ont généré 1 468 Mds Eur de chiffre d’affaires, soit 9% du PIB américain. Donc, ces effets ne sont pas neutres du tout. Les revenus d’investissements directs entrent alors en ligne de compte. Ceux-ci sont pris en compte dans la balance des paiements. Le déséquilibre entre les deux partenaires commerciaux apparaît plus clairement. Ainsi, en 2017, l’Europe était déficitaire de 111 Mds Eur de revenus d’investissements directs (GAFAM). D’où la volonté de l’Union Européenne ou de ses membres de récupérer l’impôt. Et le plus amusant est que Européens et Américains ne sont pas raccord sur les calculs. C’est là que toute la finesse des économistes de la Banque de France entre en jeu. Bonne lecture !

Lire l’article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*