L’Asset Management d’ici à 2025 – Bloomberg Intelligence and Simmons & Simmons

Disruption, évolution, révolution… l’asset management est une industrie en profonde mutation. Cette excellente étude pose la seule question qui vaille la peine : quelle est la croissance attendue de l’AUM mondial ? Premier constat : depuis 2015, le taux d’épargne mondial est de nouveau en baisse. La croissance de l’AUM devrait être tirée, sans surprise, par la région Asie-Pacifique. Les marchés Europe et US seraient donc “matures”. La surprise viendrait du UK qui resterait dynamique. Les innovations technologiques devraient aussi conduire à compenser le retrait du taux d’épargne en permettant l’arrivée sur le marché de nouveaux produits d’épargne. Au global, l’anticipation de croissance de l’AUM mondial est de 21% d’ici à 2025. C’est déjà pas si mal mais tout le monde ne va pas en profiter.

Dans un contexte réglementaire pesant, une conjoncture économique incertaine, une augmentation régulière des coûts, l’industrie de la gestion s’apprête à passer quelques moments de “transitions”, voire difficiles. 1950 personnes ont participé à cette enquête allant de l’institutionnel au gérant de fortune. 54% des répondants étaient basés en Europe. Ces personnes sont lucides et estiment que les frais de gestion ne vont croître que de 8% d’ici à 2025, soit moins rapidement que les AUM. Donc, la marge opérationnelle devrait baisser en moyenne de 11% d’ici à 2025. Pas glop ! En parallèle, les gérants attendent une maîtrise des coûts liés à la gestion, coûts qui devraient croître de 3%. L’arrivée de nouveaux entrants sur le marché de l’AM est redoutée car elle serait synonyme de baisse des frais de gestion et de rupture technologique. Ce point est assez surprenant car il semblait pourtant que les barrières à l’entrée dans le métier de l’AM sont de plus en plus robustes. C’est donc la rupture technologique qui inquiète au travers du terme “nouveaux entrants”. Les jeunes épargnants sont aussi source d’incertitudes pour l’industrie, leurs habitudes et souhaits d’épargnes étant à ce stade encore mal connus de l’industrie.

Du côté coûts, la réglementation va représenter une part toujours croissante des dépenses opérationnelles. Les dépenses technologiques et pour le big data vont également être croissantes. L’industrie a donc bien compris que le traitement de l’information est à présent un enjeu clé. La compression des coûts devrait se faire sur la gestion de portefeuille, l’exécution des ordres, la recherche et autres frais généraux. YOUPI !

Dernier point mais non des moindres, la part de l’Investissement Responsable est perçue comme un point de développement essentiel de l’AM, affichant de fait un taux de croissance anticipé supérieur à celui des fonds dits traditionnels. Les personnes interrogées pensent que, en raison d’une absence complète d’homogénéité sur les méthodologies de gestion responsable, la gestion active sera la plus adaptée pour réaliser des stratégies de gestion efficaces. Voilà qui rend optimiste !

Lire l’article

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*