La “Glasnost” des gérants – All About Alpha

La glasnost est la transparence en russe. Elle est devenue le synonyme d’une communication libre dans un contexte historique. En quoi cela concerne-t-il les gérants ? Mifid 2 par exemple, la transparence recherchée non seulement par le régulateur mais aussi par l’investisseur. Les frais de gestion sont sous les feux de la rampe. Mais il y a d’autres points sur lesquels l’investisseur peut attendre plus de transparence : la constitution du portefeuille pour mesurer les risques. La question est d’importance lorsque vous êtes un gérant multi-actif ou un multigérant. Comment mesurer vos risques agrégés ? Il y a deux écoles : les pour et les contre la communication sur les positions d’un portefeuille. Les “pour” ont l’habitude d’être passés au crible de la transparisation institutionnelle. Révéler chaque mois la composition exacte de leur fonds est une routine, un point c’est tout. Les “contre” pensent détenir la clé de l’allocation parfaite et ils ne veulent pas se la faire dérober. Ceux-là ne connaissent pas bien leur métier ou ont des choses à cacher. Il semble décalé de croire que les investisseurs vont s’empresser de répliquer dans leur coin l’allocation ou la construction de portefeuille qui a été communiquée dans un reporting mensuel. Pourquoi ? Parce qu’un portefeuille a évolué à son rythme, au cours du mois écoulé. Même si une personne cherche à reproduire ces mêmes mouvements du portefeuille, elle le fera dans des conditions qui sont, par définition, différentes de celles du portefeuille original. Et donc la copie étant impossible, l’absence de communication sur les positions en portefeuille est désuète.

Lire l’article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*