Ah… les actifs intangibles ! – Antonella Puca et Mark Zyla, CFA Institute

Les actifs immatériels ou intangibles : tout est résumé dans ces mots. Ils font partie des casses-têtes pour les évaluateurs. Et, le pire est que toute la communauté financière est confrontée à un moment ou à un autre de sa carrière à ces fameux “immatériels”. A mes débuts (il y a longtemps… ) dans l’analyse financière, l’évaluation des intangibles était déjà la source de discordes au sein du bureau de recherche, de discordes avec les sociétés évaluées. Mais encore pire… sources de discordes lors des opérations de M&A. Pour mémoire, AOL avait passé un write-off de 100 Mds USD sur son acquisition Time Warner en raison des immatériels. Chaque régulateur comptable y va de sa propre définition des immatériels pour ne pas simplifier les choses. Or, la propriété intellectuelle représente une part croissant de plus en plus vite, dans les investissements des entreprises américaines. Compte tenu de l’importance des valeurs technologiques qui concentrent une part très importante des actifs immatériels, le sujet est crucial pour les investisseurs. Les auteurs comparent Microsoft et Apple sur ce sujet : 17% d’actifs immatériels pour Microsoft et 2,7% pour Apple, la différence provenant d’une politique d’acquisitions plus systématique pour le premier. Pour ceux qui le souhaitent, les méthodes généralement retenues pour l’évaluation de ces actifs sont détaillées. Cela ne peut pas faire de mal de les relire.

Lire l’article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*