Le prix de la recherche – Tim Edwards et al, S&P Dow Jones Indices

Combien un gérant de portefeuille est-il prêt à payer pour la recherche ? Voici “LA” question à laquelle S&P à chercher à répondre dans une étude. Les auteurs mettent ainsi en avant 3 facteurs explicites : la richesse du contenu de la recherche, la dispersion du marché au sein duquel est faite une recommandation et la capacité dans chaque marché à mettre en place des positions actives de tailles différentes.  On l’aura compris : l’approche est ici de mesurer la qualité de la recherche à l’aune de la qualité de ses recommandations. Un vieil adage boursier dit : “un bon analyste se trompe en moyenne une fois sur deux dans ses recommandations”. Pourquoi donc se prendre la tête plus que nécessaire ? Vous trouvez cela trop réducteur et vous avez bien raison. Réduire la qualité d’une recherche à ses recommandations n’a pas de sens. Vous pouvez parfaitement lire l’étude produite par un analyste qui vous apprendra énormément sur le business model d’une entreprise et de sa concurrence et ne prêter aucune attention à la recommandation qu’il fera sur le titre. Le grand débat est aussi de savoir si l’analyste doit émettre une recommandation sur un titre. Finalement, il appartient peut-être aux gérants de savoir s’ils doivent investir ou pas. Ou les gérants ne font-ils que de l’assemblage de lignes au sein d’un portefeuille ?

Lire la suite…

 

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*