A quand le “green QE ?” – Charlotte Gardes, BSI Economics

Si les gouvernements ralentissent parfois la cadence sur la question de la transition énergétique ou de l’urgence climatique, les banques centrales semblent vouloir s’emparer du sujet. Nombreuses sont les contributions de ces représentants sur l’intégration de la composante “responsable” dans la politique monétaire future. Est-ce à dire que les politiques conventionnelles arrivent en bout de course et qu’il est urgent d’envisager d’autres relais de croissance ? Il convient d’avancer de façon raisonnée sur le sujet, tant les impacts des politiques monétaires sont puissants. Ainsi, quelle est la nature du choc climatique ? Un choc d’offre. Mais quelles en sont les conséquences sur la macro-économie ? L’augmentation de la fréquence et de l’ampleur des catastrophes naturelles n’est pas le seul élément à prendre en compte, même si à court terme elles pénalisent l’ensemble des acteurs économiques. Une intervention d’une banque centrale via un “green QE” impliquerait probablement des distorsions sectorielles regrettables, remettant en question le principe de neutralité. Alors Benoît Coeuré fait des propositions pour verdir la politique monétaire (on notera que certaines ont déjà été présentées par François Villeroy de Galhau). La notion de l’éligibilité de la collatéralisation de prêts consentis à des entreprises impliquées dans la transition énergétique pourrait y figurer. Ce ne sont encore que des pistes de réflexion. Mais le sujet est trop récurrent pour ne pas être pris au sérieux.

Lire la suite…

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*