Quatre questions à Grégory Olszowy

The Daily Finance a sollicité Grégory sur le thème des midterms car lui seul nous avait annoncé que Trump serait élu Président. Bonne lecture !

  • Pensez-vous que ce nouveau partage politique de la Chambre des représentants puisse conduire Donald Trump à modifier sa stratégie en matière de droits de douane ?

Partiellement. Dans les relations avec les alliés traditionnels, et en particulier l’Europe, la recherche d’un accord pourrait arriver. Ça serait d’ailleurs dans la suite logique de la rencontre cet été entre le président de la commission européenne, Mr Juncker, et Donald Trump, qui avaient déjà annoncé leur intention d’arriver à un accord (droits de douanes automobile contre achat soja, gaz).

En revanche, en ce qui concerne la Chine, la stratégie devrait rester offensive, avec des hauts et des bas en fonction des déclarations des deux pays. Sur la Chine, les Démocrates ne sont pas forcément hostiles à cette stratégie.

Par exemple, Chuck Schumer, responsable des démocrates au Sénat, tient une ligne assez similaire sur la Chine (« As I’ve always said, when it comes to being tough on China’s trading practices, I’m closer to Trump than Obama or Bush ». « Comme j’ai toujours dit, quand il s’agit d’être ferme vis-à-vis des pratiques commerciales de la Chine, je suis plus proche de Trump que d’Obama ou Bush, mai 2018).

Pour terminer, il faut savoir que sur ce sujet des droits de douane et des accords commerciaux, le rôle du Congrès se limite à voter les accords, alors que le Président peut dénoncer un accord et proposer des droits de douane par le biais des « executive actions » (décrets gouvernementaux).

  • Au regard de ces résultats électoraux des midterms, quel peut en être l’impact sur un potentiel second « round » de baisse des impôts ?

Cette annonce de la part de Trump (10% de réduction supplémentaire des impôts), était à mon avis, une fausse promesse qu’il a tenu pendant la campagne, pour sauver des voix. La réforme passée en décembre dernier est déjà suffisante à ce stade. Il y a d’autres priorités.

  • Quels seraient alors les grands sujets budgétaires discutés ou contre-balancés par les démocrates ?

Le sujet qui pourrait revenir sur le devant de la scène sera celui des infrastructures. S’il y a bien un sujet économique sur lequel les Démocrates et Trump peuvent discuter, c’est celui-ci. Rappelons-nous, c’était une promesse de campagne de mille milliards de dollars (clin d’œil à un film, pour les amateurs !), autant de la part de Trump que de Clinton. Depuis deux ans, rien, à part quelques annonces symboliques !

Ici, paradoxalement, les obstacles pourraient se lever pour trouver un accord, car la résistance à ce sujet vient principalement d’une partie du camp républicain, la partie traditionnelle (libre-échange, fiscalité, depuis Reagan et Bush). Or, le camp républicain change, et beaucoup de « Never-Trumpers » (les Jamais-Trump, mouvement à l’intérieur du parti Républicain) sont partis ou beaucoup moins influents à l’intérieur des deux chambres.

  • Pour terminer, quelle pourrait être l’impact sur la politique de hausse des taux de la Fed ?

A ce stade, a priori aucun impact, la Fed semble bien décidée à poursuivre la hausse. Il n’empêche, contrairement à ce qu’elle prétend, la Fed n’est pas insensible à ce qu’il s’est passé ces derniers mois : baisse des marchés, piques de Trump à son encontre,… Le fait que la gouvernance soit bi-partisane peut aussi adoucir quelque peu le ton.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...
Gregory Olszowy
A propos Gregory Olszowy 3 Articles
Grégory Olszowy, MBA ESSEC, CFA, est actuellement Gérant actions et diversifiés chez DÔM Finance. Il gère un fonds actions internationales (DÔM Prospective ) et un fonds diversifié ( DÔM Patrimoine). Il est aussi responsable du Jury de l’IRC, concours d’analyse financière à destination des écoles de commerce.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*