Quels impacts macro pour la transition énergétique ? – Carten Jung et al, Bank Underground

La transition énergétique, c’est bien. Il y a urgence, on le sait. Mais il est vain de penser qu’elle s’opérera facilement et surtout rapidement. Il n’est question ici de parler de volontés politiques mais plutôt de chiffrer certains flux macroéconomiques résultant de la réallocation des ressources, afin de fixer les idées. Par exemple, les énergies fossiles représentent 10% du commerce mondial et 10% des investissements mondial. Les incitations à la transition énergétique ne seront pas identiques suivant qu’une nation est importatrice ou exportatrice d’énergies fossiles. Vous avez l’impression que l’on enfonce une porte ouverte en disant cela ? Pourtant, l’industrie du pétrole de schiste américain réalise de lourds investissements. Son déploiement influe amplement le prix du baril de pétrole. Une transition vers des énergies low-carbones réduirait considérablement la durée de rentabilisation de ces investissements. A l’opposé de ce secteur, les énergies low-carbones nécessitent la mise en place d’infrastructures lourdes et coûteuses qui doivent être adressées rapidement. Et pour le moment, nous n’avons pas encore mentionné la question de l’emploi et de la main d’oeuvre qui devront  être alloués différemment. Bref, les intérêts macroéconomiques ne sont pas du tout convergents.

Lire l’article

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*