Recommandations pour le Label ISR – Nathalie Renson

Hier étaient publiées les propositions du Groupe de Travail Impact, nommé par le Comité du Label ISR. Pour mémoire, une trentaine d’acteurs de la sphère financière ont contribué à ce rapport. A ce jour, 168 fonds ont obtenu le label ISR. L’idée est, grâce à ce premier retour d’expérience, de faire évoluer l’évaluation des sociétés de gestion dans leur démarche ISR.

Comme dans toute démarche prospective qui se respecte, le groupe de travail a réalisé une revue de la littérature. Rien que ça déjà… un vrai bonheur ! Il est essentiel de ne pas passer à côté de démarches “non gouvernementales” ou “non officielles” ou “non françaises” qui pourraient faire avancer le schmilblick ISR/ESG/ODD.

Vient ensuite une consultation de place au cours de laquelle sociétés de gestion, émetteurs, consultants indépendants, universitaires, grandes écoles et instances publiques financières directement rattachées à l’Etat, ont participé. Des constats : certains asset managers mettent en avant la difficulté d’accéder à la donnée, l’inégalité de traitement pour les classes d’actifs, la nécessité de promouvoir des indices ISR, la promotion d’indicateurs de mesures d’impacts identiques pour tous afin de permettre la comparaison, la demande au Label ISR de mieux définir ses attentes pour éviter les pertes de temps dans des démarches inutiles.

Quatre propositions sont alors faites à destination du comité scientifique du Label ISR. La première est de “définir la notion d’impact en s’appuyant sur un référentiel explicite et des données disponibles”. Autrement dit, faire que le cadre soit applicable parce que facilement compréhensible et facile à implémenter. Deuxième proposition : “évaluer les mesures d’impact employées par les fonds labellisés de manière annuelle”. Autrement dit, ce n’est pas parce que vous avez obtenu le label que vous devez vous soustraire à l’obligation de respecter vos engagements, ni à votre obligation de transparence à l’égard du client final. Troisième proposition : “rendre publique l’évaluation de l’impact des fonds labellisés”. Alors là, on met un gros “like” à cette proposition. La compétence ne vaut que si elle peut être partagée ! Enfin, dernière proposition : “réviser à une échéance pluriannuelle les indicateurs d’impacts”. L’horizon proposé est de 3 ans.

Enfin, le groupe de travail propose au comité scientifique du Label ISR une batterie d’indicateurs balayant les grandes rubriques ODD.

En conclusion, la démarche a l’immense mérite d’exister. Sa valeur est grande. Comme tout, elle pourrait être probablement encore améliorée. Mais ses objectifs sont pour le moment de faciliter l’accès à cette information pour les particuliers. C’est bien beau de parler de label ISR. Encore faut-il pouvoir simplement l’expliquer lors d’un rendez-vous avec un particulier. Un autre objectif est également de clarifier les pratiques des sociétés de gestion et de les harmoniser. La mesure de l’impact est un vaste chantier, qu’il convient d’aborder avec humilité et raison. Les données nécessaires à la mesure de l’impact ne sont pas toujours disponibles ou fiables. Le recours  à des proxis d’évaluation d’impacts doit être clairement affiché. Enfin, en raison d’une gouvernance un peu ralentie, le Label ISR éprouve aussi quelques difficultés à suivre et satisfaire les attentes de la place. Or, ces attentes sont très grandes. De même que les besoins de développer l’investissement responsable sont très grands également.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Loading...
Nathalie Renson
A propos Nathalie Renson 13 Articles
En tant qu’investisseur sur les marchés financiers, Nathalie Renson est toujours en quête d’informations financières et souhaite les partager. C’est pourquoi elle contribue à The Daily Finance. Analyste equities au début de sa carrière, puis sur les marchés obligataires, Nathalie a ensuite géré plusieurs fonds en multigestion, notamment.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*