Italie : le rapport de force est engagé – Eric Chaney, Institut Montaigne

Le bras de fer entre l’Italie et l’Europe est clairement engagé. Est-ce de la provocation de la part du gouvernement italien ? Ou la mise en application d’un programme de campagne ? Eric Chaney décrypte pour nous les positions de la BCE et de l’Italie. Le dérapage budgétaire italien n’est pas aussi important que prévu. Toutefois, ce dérapage est de nature à dégrader les perspectives de retour à l’équilibre. La BCE ne pouvait pas laisser passer une telle occasion de communication quant à la précarité de la dette italienne. Donc, on revient dans un contexte avec une impression de déjà-vu : en 2011, avec la Grèce où le gouvernement et la BCE exerçaient une joute verbale dont les effets étaient amplifiés par les marchés financiers. La comparaison avec la Grèce s’arrêtera là cependant. Le 10 ans italien est à un niveau sensiblement plus faible qu’en 2011. Les horizons de refinancements italiens sont mieux répartis dans le temps. L’Italie n’est pas en “quasi-faillite” non plus. La dette italienne est également majoritairement détenue par les banques et les ménages italiens. Notons juste que (pour le moment) la sortie de l’Euro n’est pas évoquée par le gouvernement italien.

Lire l’article

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*