C’est pourtant difficile d’être une banque ! – Anna Kovner et al, Fed of New York

Tout le monde se met à “faire” de la monnaie ou à développer du crédit ou à développer des moyens de paiement. Les cryptos, les fintechs, les Starbucks… Cette volonté de s’affranchir des circuits traditionnels du financement se renforce jour après jour. Alors que pendant ce temps-là, les banques, jour après jour, se prennent sur la tête des charges réglementaires de plus en plus lourdes. Le combat est truqué, inégal. Le thème ici abordé est l’augmentation du coût du capital des banques suite aux différentes étapes réglementaires depuis Bâle 1. Vous savez tous que le coût du capital (WACC pour les intimes) intervient dans le calcul de valorisation d’une action. Mais ce coût du capital est aussi synonyme d’activité pour une banque. Le régulateur a exigé un rendement toujours plus élevé pour faire face au risque systémique. Quel est donc a posteriori ce niveau de WACC ? Sa croissance est-elle liée à la réglementation ou à une modification de l’appréciation globale des investisseurs quant aux banques ?

Lire l’article

Partagez cet article.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*