“Nous avons testé pour vous… la conférence Cobas AM à Madrid” – Nathalie Renson, The Daily Finance

The Daily Finance assiste à certaines présentations effectuées par des asset managers. Ceci nous donne l’occasion de partager avec vous notre ressenti sur ce que vous avons appris lors de ces conférences. La conférence, présentée ce jour, a été réalisée par l’équipe de gestion de Cobas AM. Cette société de gestion espagnole est dirigée par Francisco Garcia Paramés et est très “typée value”. 10 gérants / analystes viennent compléter cette équipe multidisciplinaire. 8 fonds sont disponibles à la vente.

Durant 3 heures, les 10 personnes de l’équipe de gestion de cette nouvelle société de gestion en provenance d’Espagne ont répondu aux questions de très nombreux investisseurs : 22 500 investisseurs de tous horizons, annoncés par la société.

Pour mémoire, Cobas AM a été créée par Mr Paramés. Celui-ci est souvent cité comme le Warren Buffett local. Il est entouré de l’équipe qui était déjà la sienne alors qu’il était chez Bestinver. Rappelons que Francisco Garcia Paramés a passé 25 ans de sa carrière chez Bestinver. Autre participant à la conférence, l’analyste Minkun Chan. Il est arrivé en 2008 chez Bestinver, où il était en charge de l’analyse du marché asiatique et de ses tendances. Il a suivi le reste de l’équipe chez Cobas et étudie le marché asiatique en étant sur place.

Les encours du fonds phare Cobas Seleccion (disponible en Espagne) ou Cobas Selection (ISIN LU1372006947) sont d’un milliard d’Euros.

La société de gestion Cobas estime que les fonds Cobas AM Selection ou le fonds Cobas Large Cap recèlent un important potentiel de valorisation. Ce potentiel est probablement plus réduit pour le portefeuille Iberia, dont la rentabilité est la plus élevée à ce jour.

« En Espagne, il est plus difficile de générer de la valeur actuellement, l’univers d’investissement étant plus petit. Mais c’est un marché que nous connaissons très bien, évidemment. Depuis 2 ou 3 ans l’Espagne va bien au niveau du secteur privé. La dette publique du pays reste en revanche tendue », ajoute Francisco Paramés.

A ce jour, la stratégie internationale s’articule autour de cinq blocs principaux, qui concentrent 78% du portefeuille. Le plus important des secteurs est le shipping (25%), faisant suite à l’analyse du secteur et à l’investissement sur Teekay. Cette dernière est l’une des positions les plus importantes dans le portefeuille après Arytza.

Le choix de cet investissement fait suite à l’analyse de la position dans le cycle économique. Francisco Paramés estime que nous sommes dans la partie basse du cycle du secteur. Ceci impliquerait une moindre valorisation des acteurs du secteur shipping. Or, ces entreprises ont généralement des contrats de long terme avec leurs clients, qui ne sont pas forcément intégrés dans les prévisions. Et le shipping des matières premières pourrait représenter la moitié des ressources du secteur.

Autre position en portefeuille : Arytza est une société très peu appréciée des investisseurs, car peu nombreux sont ceux qui ont pu enregistrer une performance positive avec ce titre récemment. Le management a changé et la nouvelle équipe s’engage à remonter les marges. Selon la société de gestion, logiquement, la hausse du cours de l’action devrait suivre. Mr Paramés ajoute que les problèmes récents d’Arytza, tels que la hausse du coût du transport ou du personnel, est une situation partagée par tous les acteurs (Cf. General Mills). Toujours selon le gérant, « la vente de Picard est une des priorités du management. S’il devait y avoir une augmentation de capital, cela impliquerait une amélioration de la dette nette et une situation moins risquée pour la société. Cette amélioration compenserait la dilution des actionnaires. Cela ne serait pas catastrophique. » Enfin, Cobas AM n’hésite pas à recourir à des consultants externes afin d’étudier une société de façon contradictoire. Dans le cas d’Arytza selon Cobas AM, la conclusion de ces consultants était positive également.

Autre thématique d’investissements : le secteur automobile qui représente 11% du portefeuille. Francisco Paramés explique ce choix par les raisons suivantes : il préfère notamment les constructeurs ou équipementiers qui réalisent des investissements « disruptifs », afin de faire face aux changements qui caractérisent le secteur. Il anticipe ainsi des gains de productivité de la part de ces acteurs. De manière générale, il préfère les endettements faibles. Le gérant recherche également des entreprises peu exposées au cycle américain.

Le secteur des matières premières représente également 11% du portefeuille. Les principales lignes sont investies auprès des producteurs de fertilisants.

En termes d’exposition géographique, le fonds phare Selection est notamment investi au Royaume-Uni (surprenant !) . « Le pays le plus impopulaire pour les gérants d’actifs actuellement est le Royaume-Uni avec un record historique de désaffection de la part des investisseurs étrangers. En étant des investisseurs contrariants et en analysant certaines sociétés, il nous semble évident qu’il y a certaines opportunités sur ce marché », déclare Francisco Paramés. Les Etats-Unis représentent 25% du portefeuille. L’Asie n’est pas en reste.

En effet, Le marché asiatique, qui représente environ 15% de l’exposition, est représenté par 12 sociétés. L’analyste Minkun Chan nous donne quelques détails :

  • Parmi les 12 sociétés présentes dans le fonds, 10 avec une trésorerie nette positive et 11 sociétés familiales ou assimilées.
  • Les ratios sont très attractifs avec en moyenne un ROCE de 32%, un FCF Yield de 32%.

Les valeurs les plus importantes sont Samsung, Hyundai, Daiwa et Fujitec représentant 8,5%.

Selon M. Paramés et Minkun Chan, investir en Asie leur permet de mieux évaluer les entreprises non asiatiques. Ils considèrent qu’ils sont prêts à investir rapidement lorsque des opportunités se présentent. Pour la gestion de Cobas, cela autorise des synergies en comparant des entreprises de même secteur dans différentes parties du monde.

Francisco Garcia Paramés souligne que la confiance qu’il accorde aux sociétés qui constituent son portefeuille est plus forte que 18 mois plus tôt. Il estime que sa courbe d’apprentissage sur les lignes de son fonds est à son point haut. Il se déclare satisfait par un portefeuille qui recèle un grand potentiel d’appréciation.

L’expérience de l’équipe de gestion est importante. Elle permet de gagner du temps pour déceler les candidats potentiels. « Pour entrer dans nos valeurs éligibles à l’investissement, il faut posséder des caractéristiques value très importantes que nous connaissons bien. Une simple calculatrice permet souvent de voir très rapidement si le titre mérite une analyse approfondie ou non », souligne-t-il.

Enfin, un point méritant d’être précisé : avec Mifid2, Cobas AM ne répercutera pas les coûts de la recherche sur les frais de gestion de ses fonds. Ils seront donc supportés par la société de gestion elle-même.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (12 votes, average: 4,92 out of 5)

Loading...
Nathalie Renson
A propos Nathalie Renson 8 Articles
En tant qu’investisseur sur les marchés financiers, Nathalie Renson est toujours en quête d’informations financières et souhaite les partager. C’est pourquoi elle contribue à The Daily Finance. Analyste equities au début de sa carrière, puis sur les marchés obligataires, Nathalie a ensuite géré plusieurs fonds en multigestion, notamment.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*