Unbundling et Mif2, que pensent les gérants ? – Nathalie Renson

La plateforme anglaise de recherche RSRCHXchange vient de publier son enquête concernant l’unbundling. Comprenez : la séparation de la rémunération de la recherche/analyse sur les actifs financiers, de celle des brokers ou banques d’affaires. Mifid 2 est à l’œuvre depuis le 03 janvier dernier. Cette rémunération de la recherche officiellement séparée est l’un des nombreux aspects de cette nouvelle lourdeur réglementaire, qui s’est abattue sur la communauté financière. Certes, 6 petits mois n’offrent pas énormément de recul mais il y a tout de même ici et là des avis qui commencent à paraître sur ce sujet. On relira notamment le partage de l’article de Valérie Gastaldy du 07 juin 2018. Donc, cette enquête peut nous donner une ébauche de ce que pensent les différents intervenants buy-sides.

418 personnes ont répondu à cette enquête, appartenant à 350 sociétés de gestion distinctes, représentant un actif sous gestion total de 31 000 Mds USD. On peut donc penser qu’il y a une certaine représentativité de cet échantillon.

En Europe, les personnes interrogées répondent avec une majorité largement écrasante de 80% que l’unbundling est une mauvaise chose pour les brokers. Les buy-sides s’estiment négativement impactés pour 60% d’entre eux. Et ce n’est que le début… 43% des gérants expliquent cet impact négatif par un accès réduit à la recherche. Et donc 57% s’en moquent… au global !

Vient ensuite la question du modèle de fourniture de recherche retenu par les asset managers. Sur ce terrain, on distinguera les asset managers dont les fonds ont une taille inférieure à 1Md USD et ceux qui sont au-delà de 1 Md USD. Si l’on considère les « petits fonds », près de la moitié de l’effectif a recours à des plateformes de recherche. 19% ont choisi une formule de facturation à la carte. 23% ont tout de même choisi une formule « all inclusive » (ils ont des sous à dépenser ceux-là). Chez les gros asset managers, le choix s’est porté en premier lieu sur le « all inclusive » pour 30% et sur les plateformes pour 30% également. La tarification en différé ex post représente 23% de l’effectif.

Le prix facturé pour cette recherche a été mis sous pression depuis des mois, même en amont du 03 janvier, date d’implémentation. Les asset managers sont conscients des faibles prix chargés par les brokers et autres maisons de recherche. Et ils sont d’ailleurs 75% à penser que cette situation de prix bradés n’est pas tenable par les producteurs de recherche.

Mais la tarification n’est visiblement pas très claire dans l’esprit des asset managers. Une des conséquences est la baisse du nombre des meetings demandés par les gérants auprès des analystes sell-sides. En effet, les gérants ne savent pas toujours si cela fait partie de l’offre pour laquelle ils ont donné leur accord ou si cela va leur être facturé en supplément.

Qu’en- est-il de la fameuse couverture des small caps par les analystes ? 82% des gérants estiment effectivement que la couverture des petites valeurs va faire les frais de cet unbundling. A noter d’ailleurs, une suggestion de RSRCHXchange : la concurrence accrue entre les brokers va conduire les différents bureaux à chercher la différenciation. Cela pourrait alors les conduire à se porter sur des titres moins liquides. Cette interprétation pourrait être discutée.

En dehors de l’Europe, les préoccupations des gérants sont évidemment différentes puisqu’ils se sentent relativement éloignés de cette préoccupation. Mais ils sont tout de même avertis de cet unbundling pour la moitié d’entre eux. Ils s’attendent d’ailleurs à ce que cette réglementation finisse par s’appliquer chez eux également à plus ou moins brève échéance. Ce serait pas mal pour mettre tout le monde sur un pied d’égalité tarifaire…

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...
Nathalie Renson
A propos Nathalie Renson 7 Articles
En tant qu’investisseur sur les marchés financiers, Nathalie Renson est toujours en quête d’informations financières et souhaite les partager. C’est pourquoi elle contribue à The Daily Finance. Analyste equities au début de sa carrière, puis sur les marchés obligataires, Nathalie a ensuite géré plusieurs fonds en multigestion, notamment.

1 Rétrolien / Ping

  1. 14 /06 /2018 - Unbundling et Mif2, que pensent les gérants ? – Nathalie Renson - Finalpha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*