La dette privée au T1 2018 – Tom Carr, PreqIn

Les investisseurs sont gourmands de risque, notamment en dette privée non cotée. Cela s’explique par la recherche de rendements. En un an, l’intérêt des investisseurs pour cette classe d’actifs ne s’est pas démenti. Depuis début 2017, toutes les zones dans le monde ont accru la part de la dette privée dans les portefeuilles. La dette “distressed” remporte la palme des suffrages avec 46% d’augmentation. Les fonds d’investissements dans les situations spéciales ont également le vent en poupe. Cette allocation risquée correspond à des anticipations de retournement de marchés des actifs cotés. Les actifs non cotés seraient alors susceptibles de contrebalancer les pertes des actifs cotés. A voir !

Lire le rapport

 

 

 

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)

Loading...

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*